Accueil 9Actualités 9Mal de dos: Osthéopathie et compléments alimentaires

Interview de Kevin Nadin, Ostéopathe à Monaco

Le mal de dos concerne 9 Français sur 10 selon une étude Opinionway. Parmi les personnes touchées, 38 % déclarent en avoir souffert plus de 10 fois au cours des cinq dernières années. Mauvaises postures, stress et alimentation sont souvent à l’origine de ces douleurs. Nombreux d’entre eux prennent des médicaments comme les anti-inflammatoires, mais l’efficacité ne dure pas dans le temps et peut occasionner des effets secondaires. Beaucoup recherchent de techniques naturelles qui ont démontré leurs bienfaits : l’ostéopathie et les compléments alimentaires.

Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

C’est une pratique manuelle qui rétablit la mobilité dans différentes structures du corps : elle traite le musculosquelettique. Cette mobilité peut être affectée par des dysfonctionnements comme une mauvaise posture, ce qui va entrainer des répercussions dans d’autres parties du corps. L’ostéopathe va aider à soulager les douleurs ressenties et éviter les récidives. Son champ d’action se découpe en plans : osseux, musculaire, vasculaire, neurologique et hormonal. Elle permet de réduire les tensions sur les organes.

Elle nécessite des compétences spécifiques et une parfaite connaissance du corps humain. L’ostéopathie joue un rôle primordial dans la prévention et la diminution des problèmes de dos qui représentent le 2e motif de consultation chez les médecins généralistes en France.

L’Ostéopathie demande 5 années d’études, avec une 6e année de spécialité optionnelle. Elle est réglementée par le ministère de la Santé. Une partie de nos cours est dispensée par des médecins généralistes, ou du sport (Dr Michel GAILLOT ancien médecin du club de foot de l’Olympique de Marseille), et des chirurgiens. Quelques cours d’anatomie dans mon cas étaient délivrés par Patrick Baquet, Professeur de médecine et doyen de la fac de médecine de Nice.

Les séminaires ostéopathiques et les formations continues dispensées au CHPG à Monaco permettent également de continuer à apprendre et se tenir informé des dernières évolutions des différentes spécialités médicales.

 

  • Quels sont les types de patients qui viennent vous consulter ?
  • Je rencontre à mon cabinet une grande amplitude d’âge, de quelques semaines à ma doyenne de 93 ans. Les bébés sont généralement envoyés par les obstétriciens ou les pédiatres, quand l’enfant présente un torticolis congénital ou des troubles digestifs comme la constipation. Les manipulations permettent de les soulager.
  • À l’autre extrémité, le 3e âge souffre le plus souvent d’arthrose ou de rhumatismes. Ils cumulent parfois 7 à 10 médicaments différents avec quelques fois des interactions entre eux. Ils cherchent à réduire leurs médications lourdes et se tournent vers des solutions naturelles comme l’Ostéopathie et les compléments alimentaires.

 

Mais le gros de ma patientèle est concentré sur des actifs, de l’adolescent au sexagénaire. 50 % d’entre eux présentent des tensions au niveau lombaire, vertébral et cervical. 30 % présentent également des douleurs d’épaule. Le reste concerne des entorses de cheville, des chutes à ski ou à moto par exemple.

J’ai aussi des sportifs qui pratiquent des sports de combat, comme la boxe et le MMA. Je m’occupe régulièrement de certains sportifs de haut niveau, car dans le waterpolo ou la natation (par exemple), ils n’ont pas forcément un encadrement médical à plein temps. Je suis un cycliste qui a fini 25 -ème au tour de France. Quand il rentre chez lui à Monaco, il vient me consulter.

D’où proviennent les douleurs de dos ?

Elles se manifestent sous différentes formes de tensions ou blocages articulaires dans les lombaires, les vertèbres ou les cervicales. Elles peuvent survenir à la suite d’un dysfonctionnement dans d’autres zones du corps (intestin, bassin, genou…). Différentes parties du dos peuvent faire souffrir : les disques intervertébraux, les articulations, les muscles, les ligaments ou les nerfs.

L’ostéopathie va permettre de soulager les cervicalgies, les dorsalgies ou les lombalgies.

Les cervicalgies sont une inflammation localisée au niveau du cou et de la nuque. Elles apparaissent principalement chez les personnes qui travaillent quotidiennement sur ordinateurs ou à la suite d’un faux mouvement. Elles s’expriment sous forme de raideurs, maux de tête ou migraine qui limitent la mobilité de la tête. C’est bien souvent le stress qui génère ce type de douleurs, car c’est un état émotionnel qui est somatisé par le corps.

Les dorsalgies sont des douleurs qui se manifestent comme un point dans la région thoracique, entre la base de la nuque et la taille. Une mauvaise posture, un choc, un traumatisme ou une inflammation peuvent en être à l’origine. Mais, elles correspondent fréquemment à des douleurs projetées d’organes internes qui se traduisent dans le dos.

La lombalgie est une douleur intense localisée en bas du dos au niveau des vertèbres lombaires, mais aussi entre le sacrum et le coccyx. Elle peut être due à une mauvaise posture, une entorse, un surpoids, ou des pathologies de croissance.

La lombalgie est responsable d’un arrêt de travail sur cinq. Elle coûte à la branche « risques professionnels » de l’assurance maladie près de 1 milliard d’euros. L’ostéopathie joue un rôle primordial dans la prévention et la réduction des problèmes de dos. On ne doit pas attendre d’être dans l’incapacité de bouger, pour rendre visite à son ostéopathe. Beaucoup de mes patients consultent régulièrement en préventif, dans le but d’éviter de se blesser. Si quelqu’un vient me voir en crise aigüe, plusieurs séances sont nécessaires pour le remettre d’aplomb.

Comment prévenir le mal de dos ?

Je donne généralement des exercices à faire pour prolonger les effets des séances d’ostéopathie. Parmi eux, on retrouve des étirements qui permettent de maintenir la mobilité du dos, soulager de façon durable et aider au relâchement des tensions musculaires.

Les douleurs peuvent être dues à des traumatismes, mais aussi à des gestes répétés, stress ou mauvaise hygiène de vie. Il est important d’y remédier en mettant en place des solutions pour casser ces habitudes : changer de posture au bureau par exemple, en réglant la position de l’écran, ou la chaise, etc.

Le temps de sommeil et la nutrition y sont pour beaucoup. Il est essentiel de s’hydrater : bien sûr, on s’adapte en fonction de l’activité physique et de l’âge. Mais boire de l’eau est primordial : il ne suffit pas de rajouter plus de glaçons dans son rosé ! La supplémentation en compléments alimentaires est également très utile pour gérer les douleurs (uridine, vitamines B)), le relâchement musculaire (magnésium), et dans la normalisation du stress et du sommeil (mélatonine).

La plupart des personnes sont sédentaires : elles font peu d’exercice physique, ce qui est une erreur. La vie c’est le mouvement. On n’a pas besoin d’avoir une intensité importante, mais une activité régulière est la clef. Il est recommandé de stimuler l’ensemble du corps.

Pour améliorer la posture, je préconise d’effectuer des mouvements de renforcement de la sangle abdominale, mais aussi dorsale. On peut compléter ce renforcement avec des exercices de respiration pour permettre plus de mobilité du diaphragme et une détente parfaite.

Je m’adapte, bien sûr, à chaque patient et je prends en compte son histoire et son hygiène de vie, afin de proposer des solutions réalisables.

Que faire en cas de stress intense ?

Il a un impact psychologique, mais également physiologique. Nous agissons au niveau du diaphragme, un muscle en lien direct avec le stress et l’anxiété. C’est une espèce de parachute séparant la cage thoracique du ventre. Il s’implante sur le pourtour inférieur du thorax, en dessous des poumons. C’est le muscle principal de la respiration grâce à la contraction et dilatation qu’il provoque. S’il est très tendu, le souffle devient saccadé engendrant ainsi des douleurs multiples. Il est donc primordial de l’étirer régulièrement.

J’utilise également le froid par la cryothérapie. Cela permet de stimuler la production d’endorphines et de collagène et calmer le stress physique du corps.

Je suggère en parallèle de surveiller sa nutrition. Les compléments alimentaires (probiotiques, vitamines, minéraux, safran) ont un rôle à jouer, car le corps ne peut pas fabriquer une quantité indéfinie de tous les besoins.

Quels sont vos conseils pour la récupération des sportifs ?

Je suis principalement des sportifs amateurs, ou des semi-professionnels. Ils sont à la recherche également de recommandations en micronutrition et en exercices de récupération. Je leur suggère de réadapter l’intensité de leur entrainement et je leur propose des groupes musculaires à travailler en fonction du cas. Chaque sport provoque des déséquilibres que l’on doit compenser comme le tennis ou le golf.

Pour les professionnels, quand ils rentrent à Monaco, je collabore souvent avec leur coach directement. Ils ont un réel agenda et des échéances d’équipes, mais ils sont conscients qu’ils doivent ménager leur poulain.

L’échauffement et les étirements sont des étapes primordiales qu’il ne faut pas négliger. Attention au timing : l’effort crée des microlésions au niveau des muscles, il est donc recommandé de s’étirer lors d’une session dédiée. On doit préparer le corps à l’exercice physique, et stimuler progressivement les fibres. Il faut aussi s’hydrater en fonction de la durée de l’entrainement, et adapter son apport hydrique.

Également, les temps de repos sont tout aussi importants que l’entrainement. Ils sont à respecter dans un programme chez les amateurs et les professionnels. Ils doivent être à minima de 1 jour par semaine pour les pros, jusqu’à 2 ou 3 jours pour les amateurs, évidemment à moduler en fonction des objectifs et de la forme physique du patient.

Conseil

Perinerve®

Complément alimentaire à base de PEA (Palmitoylethanolamide), d’extrait de Commiphora Myrrha et de Vitamines du groupe B.Découvrir

Lumbaplex®

Combinaison d’Uridine monophosphate, de Magnésium marin qui contribue au fonctionnement normal musculaire et au maintien d’une ossature normale et aux vitamines B9 et B12 qui contribuent au fonctionnement normal du système nerveux.Découvrir

Nutrineural® Omega 3

Huile Omega 3 végétale, 250mg de DHADécouvrir

Nutrineural® Night

Tryptophane, Mélatonine, mélisse et passiflore et  vitamines et minéraux du groupe B*.Découvrir

Nutrineural® Focus

Performance intellectuelle* Choline, neurosérine, vitamines groupe B* et minéraux.Découvrir

Nutrineural® Tonus

Complément alimentaire à base de plantes (ginseng et bacopa) et de vitamines et de zincDécouvrir

Nutrineural® Zen

Complément alimentaire à base d’extrait de plantes (rhodiola et safran Bio), de magnésium et vitamine B6.Découvrir

Gababiotic®

Microbiotiques 10 Milliards 4 souches microbiotiques dosées à 10 milliards par gélules et vitamines du groupe B*Découvrir

Senescil®

Complément alimentaire à base d'Homotaurine, Huperzia serrata  et de Vitamine B5Découvrir